Solutions informatiques pour les TPE

…avec des logiciels libres

Services et logiciels en ligne

Qu'est-ce que le cloud ? Que recouvre cette notion de services en ligne ? Internet est le média grâce auquel nous allons accéder à ces fameux services.

Il est difficile d'ignorer cette nouvelle forme d'informatique qui rend désormais l'installation de logiciel sur son poste inutile. Elle est accessible tout le temps et depuis n'importe quel poste de travail du moment qu'il est connecté à Internet. Les logiciels existent aussi sous forme d'applications pour les smartphones, ce qui permet également d'accéder à ses données et de les modifier depuis son téléphone. Bref, une informatique ubiquitaire.

Cette informatique s'est vue affublée du nom de cloud computing, c'est-à-dire l'informatique dans les nuages en anglais. Le nuage est une autre façon d'appeler les ordinateurs distants sur lesquels tournent ces logiciels et qui sont empilés dans de gigantesques centres de traitement informatique, également appelés data centers.

1. Le cloud computing, une bonne affaire ?Afficher/CacherAfficher/Cacher

La quasi-universalité du champ d’application du cloud computing sur les plans techniques comme fonctionnels le rend désormais incontournable. Pour beaucoup d’entreprises, se priver de cette possibilité reviendrait à se priver d’un atout certain face à ses concurrents.

Pour autant, l'usage d'un service de cloud computing est⁠-⁠il suffisant pour être gagnant à chaque fois ? La réponse est bien souvent négative dans la forme des services actuellement proposés. L’approche souvent trop marketing pousse les utilisateurs dans des directions qui ne leur sont pas toujours favorables.

Sans tomber dans la peur des nuages, il convient comme toute technologie d’en analyser les deux faces : le poison et le remède.

Le remède, nous venons d’en parler. L’informatique dans les nuages est un formidable moteur pour propulser une entreprise naissante et elle peut être une fusée d’appoint pour franchir certaines étapes.

Le cloud computing devient un poison si l’on n’évalue pas tous les risques à commencer par celui de la sortie du service également appelée réversibilité. Il s’agit de définir sa capacité, en cas de rupture ou de fin de contrat, d’assurer le transfert des éléments constitutifs du service vers un autre prestataire ou sa propre informatique. L’intégration de cette clause dans le contrat de services est indispensable, mais concrètement peu proposée.

Qu’implique cette réversibilité ? Sous quel angle étudier les contrats de services et surtout quelles sont les bonnes pratiques aptes à garantir tous les avantages du cloud computing sans en subir les inconvénients ?