Réalité virtuelle : État des lieux d’un marché en pleine expansion

 

Culturel & Pédagogique

Dans la culture, la VR commence à faire son chemin en proposant de nouvelles expériences au spectateur. Elle permet par exemple d’aller visiter des lieux inacessibles parce trop difficiles d’accès ou parce que des interactions humaines risqueraient de leur porter préjudice.

Une autre façon d’utiliser la VR consiste à s’imprégner différemment d’une œuvre. C’était par exemple le cas de l’œuvre interactive Dreams of Dali où le spectateur était plongé dans le tableau Archeological Reminiscence of Millet’s Angelus de Dali et pouvait ainsi liibrement se déplacer et observer l’œuvre dans un point de vue encore jamais vu.

Beaucoup voit en la VR un moyen efficace d’élargir les horizons de l’apprentissage, non seulement en pouvant atteindre un plus large auditoire mais également en proposant des contenus plus adaptés.

En reprenant le principe des visioconférences virtuelles, certains imaginent déjà la possibilité pour un enseignant de pouvoir dispenser son cours à un auditoire sans limite de place, de n’importe où dans le monde, dans un lieu entièrement reconstruit.


À des fins marketing

Elle commence à être très utilisée dans le domaine de l’architecture où il est désormais possible pour les architectes de façonner à leur guise leurs bâtiments et d’en obtenir un rendu rapide et plutôt réaliste à présenter à leurs clients, ce qui est toujours plus parlant qu’un simple plan.

Et si ça n’est pas pour un bâtiment, ça peut l’être pour un appartement. Certaines sociétés proposent désormais des visites interactives d’appartements de lotissement pas encore construits pour convaincre les futurs acquéreurs. Ceux-ci peuvent ainsi se déplacer virtuellement dans leur potentielle future demeure en y appliquant déjà quelques contenus (mobiliers, revêtements muraux, etc.) pour avoir une meilleure idée du bien. Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur ce sujet au cours de l'entretien avec Samuel Mound, co-fondateur de la société V-Cult qui met au point des services similaires.


À des fins sécuritaires & militaires

La SNCF a mis au point un dispositif pour sensibiliser les voyageurs aux dangers d’une gare, notamment lorsque l’on peut être distrait par un téléphone ou autre.

La VR permet ainsi d’aller plus loin que dans la réalité, en amenant le voyageur prendre conscience du danger que cela peut représenter sans le mettre physiquement en porte à faux.

Tout comme la RA, la VR intéresse beaucoup les services de l’armée notamment pour des raisons budgétaires et de sécurité. Si les simulateurs de vol ont déjà fait leurs preuves depuis bien longtemps et se retrouvent désormais dans un usage public, la VR sert aujourd’hui à former les militaires en les plongeant dans les conditions d’un champ de bataille pour les confronter à la réalité du terrain.


Dans le domaine juridique

Récemment, un programme de réalité virtuelle a été mis au point par la police juridique allemande afin d’aider la justice à déterminer l’implication d’anciens criminels de guerre lors de la seconde guerre mondiale. Le programme consiste en une reproduction très réaliste du camp d’Auschwitz dans les années 40 afin de confronter des prévenus ayant admis y avoir travaillé en se justifiant de ne jamais avoir su ce qu’il s’y passait. De cette façon, le recours à la VR devait permettre de prouver si leur témoignage était crédible ou non. En 2016, une première personne a été condamnée après l’usage de ce procédé lors de son procès.


Dans le milieu médical

Tout comme la réalité augmentée a permis une opération à distance en reproduisant les gestes du chirurgien en temps réel par un autre chirurgien, d’autres exemples quelque peu similaires ont eu lieu grâce au recours à la VR. Le principe de téléopération en chirurgie consiste à effectuer une opération à distance pour qu’elle soit reproduite en temps réel par un robot. La réalité virtuelle a apporté à cette pratique une sécurité supplémentaire en appliquant les gestes d’abord dans un environnement virtuel afin de mesurer les possibles désagréments qui pourraient en ressortir avant de les appliquer au patient.

La thérapie par réalité virtuelle commence également à faire parler d’elle en permettant aux patients d’être confrontés à leurs peurs de manière progressive afin d’essayer de les aider à les surmonter. L’utilisation de la réalité virtuelle permettrait ainsi un accompagnement plus encadré, plus adapté aux besoins du patient mais surtout des économies réelles là où un traitement symptomatique serait impossible car trop dangereux ou irréalisable (peur du vide, etc.).

Dernièrement, c’est pour une recherche quelque peu surprenante que des chercheurs ont eu recours à la réalité virtuelle. Se basant sur les témoignages de personnes ayant vécu une situtation de mort imminente, des chercheurs sont parvenus à reproduire cette même sensation chez des personnes tout à fait vivantes, leur procurant le même ressenti de bien être et de vitalité une fois l’expérience achevée.

 

Page précédenteAccueilPage suivante