Exercer le métier de graphiste avec des logiciels libres

Interview de Camille Bissuel, illustrateur et formateur (Nylnook) [03/06/2014]

 

Bonjour Camille, est-ce que vous pourriez-vous présenter en quelques mots ?Illustration réalisée par Camille Bissuel

Camille (♂) Bissuel, je suis illustrateur et formateur indépendant, basé dans les Hautes-Alpes. J'ai été graphiste "généraliste" entre 2008 et 2012, et je me spécialise dans l'illustration depuis 2013. Les formations que je donne sont sur les logiciels que j'utilise.

J'ai aussi un statut particulier : entrepreneur-salarié, dans une coopérative d'activités et d'emploi, Coodyssée.


Vous travaillez sous Linux avec des logiciels libres : est-ce que ça a toujours été le cas ? Qu'est-ce qui vous a motivé à passer en Libre ?

Depuis que je suis à mon compte (2008), c'est le cas. J'ai été formé sur la suite Adobe (Photoshop, Illustrator, InDesign...) et sur 3ds Max, mais je testais de mon côté les équivalents libres.

Il y avait trois motivations :

La première c'est qu'en m'installant je ne pouvais pas payer les logiciels propriétaires (aujourd'hui encore c'est plus de 7000 € pour la suite Adobe au complet et 3ds Max, et ma première facture était à 200 € !). Bien sûr beaucoup de TPE démarre avec du piratage... mais ça n'était pas durable et j'engageais la responsabilité de ma coopérative en plus de la mienne. J'ai donc pris le temps de tester et d'adopter les logiciels libres équivalents (Gimp, Inkscape, Scribus, Krita, Blender...).

 

En libre, je suis sûr que j'aurais toujours accès
à mes fichiers dans 20 ans

 

La deuxième était la pérennité de mes données... j'avais déjà fait l’expérience douloureuse de ne pas pouvoir récupérer mes propres créations enregistrées avec Photoshop... parce que je n'avais pas pu installer/payer Photoshop ! En libre, je suis sûr que j'aurais toujours accès à mes fichiers dans 20 ans... sans avoir à demander l'autorisation à Adobe !

La troisième motivation était plus spécifique : je fais aussi de la 3D artistique, ça demande des calculs complexe à nos ordinateurs.... Si vous avez déjà utilisé 3ds Max sur Windows, vous avez pris le réflexe de sauvegarder toutes les 2 minutes, car le crash (du logiciel et/ou de tout le système) n'est jamais très loin. Pour le même travail fait sur Blender et sous Linux, il y a 100 fois moins de crash, sans exagérer. Et si par malheur Blender plante, il ne plante jamais Linux... Ça n'a l'air de rien comme ça, mais ne pas passer 20 ou 30 minutes par jour à redémarrer sa machine, et autant à refaire le travail perdu, c'est un vrai confort.

Aujourd'hui je sais bien que c'est grâce aux licences libres et la philosophie qu'il y a derrière que ces conditions étaient remplies, mais à l'époque ce n'était pas aussi clair que cela.


Est-ce que cela vous pose parfois problème ? Dans quelles circonstances ?

Le seul problème récurent que je rencontre, c'est lorsque je fais de la mise en page (peut-être 20 % de mon activité)... Mes clients ou collaborateurs ont très souvent la mauvaise habitude de m'envoyer leurs textes dans des fichiers .doc, qui ne s'ouvrent correctement que dans Microsoft Word, car seul Microsoft en connaît toutes les spécifications. Du coup je récupère l'essentiel avec LibreOffice Writer, mais je ne suis jamais complètement sûr d'avoir tout récupérer, et leur mise en page sommaire va forcément bouger (Merci Microsoft !).

Du coup je suis allé jusqu'à mettre en place un mail de réponse automatique qui demande de me renvoyer le fichier soit en .pdf, soit en .odt, soit simplement le texte dans le corps du mail, et les images en pièce jointe...

Illustration de Camille BissuelMais ce serait le même problème si j'étais sur Windows et que je faisais ma mise en page sur InDesign... Il faudrait que je paye Word en plus.

Finalement, ce n'est pas vraiment un souci de logiciel libre/logiciel propriétaire, c'est le problème d'utiliser des formats standards... Problème qu'on retrouve dans bien d'autres métiers !


Comment ça se passe avec vos clients ? Sous quels formats leur livrez-vous vos illustrations ? Savent-ils que vous travaillez avec des logiciels libres ?

Très bien ! Pour la plupart, le choix de mes outils ne les concerne pas, sauf quand ils m’envoient des .doc... Mais certains viennent me voir justement pour ça, car ils aiment la philosophie ou ils veulent pouvoir réutiliser les fichiers. Pour les formations, c'est très pratique de pouvoir distribuer le logiciel à tout le monde, en plus d'être légal...

Je livre mes illustrations tout simplement dans des formats d'images standardisés (.jpg, .png, .tiff, .eps, .svg, .pdf...). Les imprimeurs veulent du .pdf. Il y a d'autres formats plus spécifiques dans certaines branches (cinéma par exemple), mais tous les formats répandus sont des standards, et je peux toujours les fournir. Éventuellement je peux livrer mes fichiers sources (.kra, .xcf, .blend, .ora, .svg ...) contre un petit forfait supplémentaire, et j'indique avec quel logiciel libre les ouvrir.


Pourriez-vous nous présenter les logiciels que vous utilisez le plus souvent et pour quels usages ?

Pour dessiner, en peinture numérique avec une tablette graphique (Wacom), j'utilise Krita. Je complète éventuellement avec Gimp pour d'autres opérations de retouche sur mes images, mais je m'en sers de moins en moins, au fur et à mesure que Krita grandit (Krita est plus récent et plus spécialisé dessin).

Pour la 3D artistique, j'utilise Blender, avec Krita pour les textures. C'est un logiciel très riche, et je m'en sers aussi à l'occasion pour la post-production des images ou un peu de vidéo.

Pour le dessin vectoriel (ou géométrique – avec une souris et pas avec une tablette), donc les cartes, les schémas, les icônes, les logos, les dessins très propres et stylisés, j'utilise Inkscape.

Pour la mise en page, c'est Scribus. Il n'est bon que là, mais il est bon dans son domaine.

Mais il y aussi Darktable pour le traitement photo, G'Mic pour des filtres, PDFMod [édition de PDF], Xournal [prise de note également avec le stylet d'une tablette graphique], Pitivi [montage vidéo], Agave [outil de création de palettes de couleurs], MyPaint, Alchemy, Mandelbluber [pour créer des fractales 3D]...

 

Le seul point faible à mes yeux c'est qu'il est un peu moins facile
de basculer d'un logiciel à l'autre

 


De nombreux graphistes hésitent à passer en libre car ils craignent y perdre au change, moins de fonctionnalités, plus de complexité. Que leur répondriez-vous ? Faut-il être un peu geek pour les utiliser ?

Je n'ai pas ouvert la suite Adobe depuis 2008 (version CS1 ou CS2), mais on n'y perd pas au change... Les fonctions essentielles sont les mêmes, présentées différemment, et on change peut-être un peu plus souvent de logiciels pour avoir une large gamme de possibilités. Mais bon, comme tous les logiciels sont libres, il y a juste à les installer ;).

Le seul point faible à mes yeux c'est qu'il est un peu moins facile de basculer d'un logiciel à l'autre : il faut passer par un format d'image standardisé comme le .png, même si des formats d'échange entre logiciels sont en train de se développer (OpenRaster - .ora - par exemple).

Il ne faut pas être geek, il faut juste connaître son métier, pour utiliser le bon logiciel à bon escient. Ne pas faire de la mise en page dans Gimp par exemple, il n'est pas fait pour ça... Mais c'est pareil pour Photoshop.

Le seul véritable frein à mon avis est le temps de formation : les concepts fondamentaux sont exactement les mêmes, mais il faut réapprendre les interfaces. Pour basculer complètement, ça m'a pris environ deux mois pour la 2D (Gimp – ce serait Krita aujourd'hui – , Inkscape, Scribus) sans manuel ou aide, et trois autre mois sur Blender, avec un bouquin. Avec un livre, un formateur ou de l'aide ça va plus vite !

Si on est un peu geek, on peut scripter... mais du coup on a plus de liberté avec des logiciels libres qu'avec les logiciels propriétaires, car on a accès au code !


Quels autres logiciels libres utilisez-vous couramment ? Comment faites-vous vos factures par exemple ?Illustration de Camille Bissuel

Les plus souvent ouverts sont Firefox (web), Gedit (éditeur de texte et de code), Writer (texte bureautique), Calc (tableur), et la calculatrice... Pour faire mon site web, j'utilise Docpad, avec Git, Gedit et Firefox.

Pour les connaisseurs, mon environnement de bureau c'est Gnome 3, et ma distribution Manjaro Linux.

Pour mes factures malheureusement je dois passer par un logiciel propriétaire spécifique à notre réseau de coopérative, qui de plus ne marche que sur Windows, et qui n'est pas excellent... Du coup je l'utilise via Wine. Il s'appelle Winscop. Il y a des alternatives libres, mais il faudrait les mettre en place au niveau de la coopérative, donc faire basculer tout le monde, et ça va prendre du temps...


Contribuez-vous sous une forme ou un autre à l'un des logiciels que vous utilisez ?

J'essaye de proposer des illustrations sous licence libre quand je peux (voir mon site web), et j'ai participé à la rédaction du premier manuel en français sur Scribus. J'ai fait un ou deux tutoriels aussi... Mais l'essentiel, ce sont de petits rapports de bugs, et des discussions, par exemple au Libre Graphics Meeting. Après, si former des utilisateurs ça compte... j'ai dû former une petite centaine de personnes ;) .


Merci d'avoir répondu à mes questions. Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Quand on bascule, il faut avoir un peu de temps devant soi, tenir une semaine, et après c'est gagné.

La liberté c'est pas facile au début... mais qu'est ce que c'est bien après !

Merci à vous !

 

 


Voir aussi


> Interview de Nathan Lovato, game designer

> Interview de Anne Derenne, illustratrice presse et jeunesse

> Interview de Timothée Giet, dessinateur de bandes dessinées, contributeur de Krita

> Krita, un logiciel de peinture numérique professionnel